Le mythique Beach-Cross de Berck 2009

Article : Léo Demeester
Crédit photos : David Morin

Le Beach-Cross connaîtra ce samedi 19 et dimanche 20 octobre 2019 sa 16e édition. Mais il y a 10 ans de cela, en 2009, Berck a accueilli une course devenue mythique pour plusieurs raisons. Pilote de Sable vous emmène à la découverte de l’édition la plus marquante du Beach-Cross.

Une édition marquante

Le premier fait marquant de l’édition 2009 est la venue de nombreux pilotes de Grands-Prix venus s’essayer au sable avec notamment Josh Coppins, Shaun Simpson, Jérémy Van Horebeek, etc. Mais c’est surtout la venue de Stefan Everts, multiple champion du monde et tout jeune retraité, qui constitue un véritable évènement.

Stefan Everts – Berck 2009

Le second fait marquant est la fin de l’ère Demeester-Potisek. Pour « Sandman » c’est tout simplement la fin de sa carrière professionnelle, entouré d’amis et de légendes du motocross. Pour Timoteï cette course fut sa dernière sous les couleurs de Honda. Malheureusement ce fut aussi sa dernière apparition officielle, puisque le prince du sable est décédé quelques semaines plus tard, le 10 novembre 2009, des suites d’une chute sur le terrain de Loon-Plage.

Un chantier de titan à bâtir

Frédéric Lemeunier, créateur et organisateur du Beach-Cross de Berck à l’époque, n’a pas eu la tâche facile :

« Lors de la création du Beach-Cross, j’avais besoin de faire venir Arnaud Demeester et Timoteï Potisek, les deux têtes d’affiche du sable. Ils m’ont aidé à faire connaître la course et, dès la deuxième édition, je me suis mis en tête de faire venir des pilotes de GP. Il a alors fallu faire le tour des paddocks pour convaincre les meilleurs pilotes de venir, et ça s’est plutôt bien passé. Steve Ramon a par exemple commencé les courses de sable à Berck.

Après, j’avais un rêve : je voulais faire venir Stefan Everts. J’ai été le voir plusieurs fois lorsqu’il roulait à Lommel pour lui proposer, mais il n’a pas pu venir pendant 2 ans. Puis il a accepté mais sous certaines conditions que je me suis empressé de remplir. Je voulais que la confrontation ait lieu entre les pilotes de GP et les pilotes de sable. J’ai même failli réussir à faire venir Jeffrey Herlings qui était déjà un prodige dans le sable à l’époque, mais son team l’a finalement bloqué alors qu’on avait un accord oral.

En 2009, c’est vrai que l’événement était particulier entre un plateau exceptionnel, l’annonce du passage de Timoteï chez Yamaha et le jubilé d’Arnaud. J’avais d’ailleurs appris par surprise, lors d’un dîner, que Timoteï rejoignait Yamaha. On s’était donc arrangé avec les médias pour bien annoncé ça. Pareil pour Arnaud, ce n’est pas Berck qu’il aurait dû faire son jubilé mais à Dunkerque, sa ville d’origine. Mais la mairie de Berck voulait lui rendre hommage et j’ai personnellement pris beaucoup de plaisir à y participer puisque j’ai moi-même roulé pour l’occasion ! »

Le roi Stefan en balade

Trois ans après son retrait de la compétition, Stefan Everts faisait donc l’honneur au Beach-Cross de venir rouler à Berck. Sans réel entraînement, l’homme aux dix titres de champion du monde allait tout simplement dominer les trois manches auxquelles il participait, n’étant inquiété en finale que par Timoteï Potisek.

Sur sa KTM, le jeune retraité venait pour la seconde fois sur la plage de Berck et autant dire qu’il ne s’était pas déplacé pour rien. Un véritable récital alors que le plateau était plus relevé que jamais avec les Pichon, Boog, Coppins, De Reuver, Barragan.

La claque fut grande pour les spectateurs de voir ce pilote, venu sans entraînement, repartir avec la victoire absolue. L’année suivante, Stefan fut aussi de la partie, prouvant son amour pour cette course.

Passation de pouvoir

Ce Beach-Cross devait aussi être une édition symbolique, celle du changement de génération. Milko Potisek et Adrien Van Beveren incarnait alors l’avenir du sable français et ils n’ont pas déçu depuis, avec de nombreuses victoires sur le championnat de France des sables.

Cependant, leur chef de file n’était autre que Timoteï Potisek. Le cousin de Milko sortait d’une seconde victoire au Touquet et il était au sommet de sa forme. Avec le départ à la retraite de son rival de toujours Arnaud Demeester, Tim’ décida de rejoindre Yamaha et donc se séparer de la marque qui l’avait accompagné jusque-là : Honda. Le transfert était un tel évènement médiatique que l’annonce s’est effectuée sur la digue, en direct sur France 3.

Le Nordiste était promis à un superbe avenir sur le sable sur chez Yamaha, mais il souhaitait d’abord soigner sa dernière sortie sur la CRF. Se préservant lors des deux premières manches en terminant en 3e et 2e position, celui qui portait la plaque numéro 1 allait prouver une nouvelle fois son immense talent sur une moto. Dès les premiers mètres de la finale, l’affaire se complique puisque Timoteï s’accroche avec Marc De Reuver et repart loin. Il va alors se donner à 200% pour remonter ses concurrents un par un mais il échouera à la 2e place, ne parvenant pas à rattraper un Stefan Everts intouchable. La dernière sortie de Tim sur une Honda se conclut donc sur une seconde place amplement méritée.

Malheureusement Berck marquera aussi la dernière sortie en course du double vainqueur de l’Enduropale. Timoteï Potisek décédera le 10 novembre 2010 des suites d’une chute sur le terrain de Loon-Plage, quelques jours plus tôt. Cela fera donc 10 ans dans quelques semaines que Timoteï nous a quittés et personne aujourd’hui n’a oublié son talent, sa vitesse incroyable, ses victoires mais aussi sa rivalité sportive avec Arnaud Demeester.

Le jubilé d’Arnaud

Arnaud Demeester avait quant à lui conclut sa carrière professionnelle à l’Enduropale du Touquet 2009. C’est alors que l’organisation du Beach-Cross lui propose d’organiser son jubilé, pour marquer le coupo « Sandman » accepte alors avec joie et ce sont des invités cinq étoiles qui débarquent à Berck pour célébrer la carrière du septuple vainqueur du Touquet. Soirée commémorative et une manche prévue pour mettre un terme à 16 ans de carrière professionnelle chez Yamaha.

Mickaël Pichon, Frédéric Vialle, David Hauquier, Rudy Potisek et bien d’autres grands noms du motocross ont répondu présent à l’invitation au milieu de la famille et des amis d’Arnaud. L’émotion fut grande à l’arrivée mais Arnaud l’avait annoncé, il est bien revenu au Touquet quelques années après mais pour s’amuser. Sans aucune prétention de victoire Sandman est donc revenu dans le sable après avoir pu savourer une retraite professionnelle lors de la 6e édition du Beach-Cross.

La suite

10 ans après, ce sont de nouveaux noms qui vont s’affronter en piste pour remporter cette épreuve. De Watson à Van Horebeek en passant par Chapelière, Potisek, Dewulf, Kellett, Fura … Le Beach-Cross n’a rien perdu de sa superbe et nul doute que l’épreuve vivra encore pour de longues années

Crédits photo : David Morin / © Cybermotard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *